La Vie en temps de Guerre

La guerre fait rage entre les grandes puissances. Embourbées au cœur de l’Amérique centrale, les forces américaines s’épuisent dans une guérilla interminable. Comme beaucoup de sa génération, David Mingolla s’engage dans ce conflit avec le sentiment d’œuvrer pour une juste cause. Artilleur affecté à la défense d’une position stratégique, son existence est désormais suspendue aux attaques et contre-attaques d’un ennemi insaisissable. Une vie en temps de guerre qu’il subit partagé entre des sentiments contradictoires. L’absurdité et la folie des événements le frappent, le poussant sur la voie de la désertion et seul le chaos promis par ses adversaires semble encore le retenir. Par empathie, il cherche à s’intégrer à la population, essayant de la comprendre malgré un nihilisme brut et jusque-boutiste.
Doté d’une sensibilité puissante aux pouvoirs psi, David Mingolla trouve finalement une voie de sortie auprès d’une unité secrète de l’armée américaine. Il y reçoit les rudiments d’éducation à la vraie guerre, celle qui se déroule en coulisse sur un plan plus psychique. Exerçant un contrôle mental sur autrui, il devient ainsi le pion d’Izaguirre, sorte de psychologue gourou qui l’utilise dans ses projets occultes. Pourtant, arrivé à la croisée des chemins, Mingolla finit par choisir de prendre son destin en main. Un choix l’amenant à entreprendre un long voyage et à reconsidérer sa vision du monde puisque la guerre ne s’avère pas celle des forces visibles.

A la lecture de La Vie en temps de Guerre, on s’immerge avec délice dans l’univers sud-américain de Lucius Shepard. L’auteur y fusionne de nombreux thèmes abordés dans ses nouvelles « Zone de feu émeraude » (pour la guerre et les lieux), « L’Arcevoaldo » (pour la vengeance et la vendetta séculaire) et « Aymara » (pour l’amour impossible et les relations entre les États-Unis et l’Amérique latine).
Cependant, La Vie en temps de Guerre ne se cantonne pas à une simple redite. Ce roman est pourvu d’une ténébreuse profondeur psychologique, un cœur des ténèbres au moins aussi marquant que celui du roman de Joseph Conrad. Des descriptions hallucinantes – au propre comme au figuré – jalonnent l’intrigue, comme autant d’invitations au lecteur à prendre son temps pour en goûter la luxuriance. Shepard tisse un climat faussement nonchalant où la moindre brèche dans la normalité offre un exutoire à la violence latente.

Chez l’auteur américain, les apparences masquent souvent un monde d’une autre (sur)nature. La guerre donnant son titre au roman est ici essentiellement intérieure. Elle puise son énergie dans les tréfonds de la psyché humaine et dans les légendes des peuples opprimés d’Amérique centrale. Elle s’avère également secrète et cachée réduisant l’Histoire à une ligne de feu continue. Apparemment classique dans ses manifestations et ses enjeux, le conflit est la continuation par d’autres moyens d’une vendetta multiséculaire opposant deux fratries panaméennes. Les Madradona : « petits et trapus avec des visages ronds et impassibles et de luxuriantes tignasses noires », des sortes de « démons bruns et courtauds aux dents aplaties par le broyage des os ». Et les Sotomayor : « de pâles êtres ophidiens avec des rubis à l’intérieur du crâne ».

Avec ce roman, Lucius Shepard propose également un autre paradigme dans lequel la dimension du rationnel semble contaminée par les superstitions primitives (les pouvoirs magiques dont les pilotes de l’hélicoptère Chuchotement mortel se croient pourvus grâce à leurs casques, ce qui les conduit à ne plus les enlever) et l’usage d’une sorcellerie de destruction massive (les pouvoirs psis que les drogues peuvent accroître). Mais, ce sont bien les passions humaines qui demeurent le cœur incandescent du roman.

Vie_guerreLa Vie en temps de Guerre (Life during Wartime, 1987) de Lucius Shepard – réédition Livre de poche SF (roman traduit de l’anglais [États-Unis] par Isabelle Delord)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s