L’Evangile cannibale

À 90 ans passés, Matt Cirois pensait terminer ses jours peinards, détesté de tous, aides-soignantes comme pensionnaires de la résidence des Mûriers. Pas de chance, l’apocalypse survient sous la forme d’une épidémie de zombies.
En compagnie d’une troupe hétéroclite de grabataires, il s’échappe de l’hospice, direction Paris, où il compte bien devenir le géniteur d’un monde meilleur. Avec Pierrot qui bave en permanence, Yan qui connaît par cœur des tubes désuets, Jacky, le facho non repenti, et d’autres gâteux, le voilà parti en fauteuil roulant dans une équipée sauvage et périlleuse.

On va faire court.
L’Évangile cannibale de Fabien Clavel pourrait faire une très bonne nouvelle. Aborder les zombies via le point de vue croguignolesque d’une bande de vieux échappés de leur hospice a toute les apparences de la farce macabre. L’auteur instille un décalage réjouissant propice à la satire sociale. Il entretient d’ailleurs pendant un temps l’illusion, faisant assaut de saillies grinçantes fort drôles au travers du regard de Matt, cet insupportable vieux cacochyme glaviottant sur tous ceux qui osent l’approcher.
Mais voilà, cette road novella (j’invente le terme) en fauteuils roulants se délite au fil des pages, aboutissant à un récit longuet, mou du moignon, dont on se demande quel est l’intérêt ? Et ce n’est pas le sous-texte vaguement religieux, l’humour noir ou l’humeur atrabilaire du narrateur qui sauvent L’évangile cannibale d’un naufrage n’étant pas dû ici seulement à l’âge.

Non, franchement, sur le thème de la vieillesse, je recommande plutôt Le Bal des débris de Thierry JonquetLune captive dans un œil mort de Pascal Garnier, autrement plus jouissifs, vachards et incisifs sur ce sujet.

Evangile-cannibaleL’Évangile cannibale de Fabien Clavel – Éditions ActuSF, janvier 2014

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’Evangile cannibale »

  1. Rien de transcendant, seuls les derniers assauts verbeux et burlesques d’une chandelle qui s’essouffle ont un intérêt et encore je trouve ceux ci modérés. In fine un complet ribordage.
    Le Bal des débris, je ne connais pas, le test s’impose. Merci.

    • Ah ! Je ne connaissais pas le terme ribordage. C’est joli !

      ps : Le Bal des débris n’est sans doute pas le meilleur Jonquet. Mais, il y fait montre de son expérience dans le domaine de la gériatrie d’une manière assez grinçante.

      • De l’idiome de gabier !
        Dans l’attente de la livraison du Bal des débris, Mygale est substantiel.

  2. Le tenancier a du goût !
    Jonquet et son Bal des débris est in effect un délicieux rififi grabataire !
    Un test, Le Tri sélectif des ordures et autres cons.
    Un ancien homme de main fêlé qui ouvre sa petite affaire et règle diverses complications du quotidien, de plus discount !
    Personnellement je trouve ce Sébastien Gendron absolument poilant !

    • Heureux que le Jonquet t’ait plu. C’est sans prétention, si ce n’est tirer dans le tas avec un gros calibre.
      Pour Gendron, je suis évidemment client (faudrait d’ailleurs que je remette en ligne mes chroniques de Taxi,take off & landing et de Quelque chose pour le week-end). Et même si je n’ai pas encore lu cette réédition, cela ne saurait tarder.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s