Du grabuge chez les insectes

J’entame un cycle consacré à un auteur me semblant digne d’intérêt. Vous êtes prévenus, les semaines à venir seront destinées à satisfaire ma monomanie du moment.

L’envie de lire et de relire des livres de William Kotzwinkle m’a d’abord aiguillé vers un recueil qui dormait dans ma pile à lire depuis un lustre. Un choix déterminé également par la curiosité car, s’il est connu dans la littérature adulte, l’auteur américain a commis aussi de quelques livres à destination de la jeunesse. Délaissant la série « Walter le chien qui pète », écrit en collaboration avec Glenn Murray et dont seul le premier tome a été traduit dans nos contrées, ou les novélisations de E.-T. L’extra-terrestre, j’ai opté pour un pastiche holmésien assez insolite.

grabuge3Comme le titre l’indique, Du grabuge chez les insectes se déroule dans le monde minuscule des petites bêtes. Cinq nouvelles où le lecteur découvre l’inspecteur La Mante et son compagnon le Dr Grillon, un duo célèbre auquel on fait appel régulièrement pour élucider les mystères les plus nébuleux.
Bon, soyons honnête. L’ouvrage n’a pas l’attrait d’une œuvre incontournable, même dans le domaine de la littérature animalière où domine l’anthropomorphisme. Il n’en demeure pas moins une curiosité sympathique, tout à fait recommandable pour les enfants, mais également pour les adultes. D’autant plus que les gimmicks des deux insectes sont très amusants et leurs enquêtes fort bien racontées.
La légèreté prévaut, à la fois dans le ton et l’atmosphère, William Kotzwinkle n’hésitant pas à saupoudrer les énigmes d’une pincée d’humour. Le Dr Grillon, parfaite incarnation du bourgeois pantouflard, appréciant plus que de raison un bon feu avec un plat de pop-corn ou de caramels à portée de patte, et La Mante, aventurier frétillant d’impatience à la seule perspective d’une énigme à élucider, composent un duo mémorable.

Bref, le contrat est rempli. On se distraie en compagnie des personnages, glanant au passage quelques connaissances dans le domaine des sciences naturelles. Si l’on ajoute à cela que le recueil est illustré avec goût par Joe Servello, pourquoi se priver d’un petit plaisir régressif ? On pourra toujours arguer qu’il s’agit d’une acquisition pour ses enfants…

grabuge_insectesDu grabuge chez les insectes (Trouble in Bugland, 1983) de William Kotzwinkle – Éditions Rivages, 2000 (recueil traduit de l’anglais [États-Unis] par Mathilde Martin et illustré par Joe Servello)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Du grabuge chez les insectes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s