Ceux de Barcelone

Après Les Grands Cimetières sous la Lune voici un autre témoignage sur la Guerre d’Espagne. À la différence de Georges Bernanos, H.-E. Kaminski n’appartient pas à la Droite royaliste. Le bonhomme est même plutôt engagé à l’opposé, une Gauche que d’aucuns qualifieraient de radicale à notre époque bien pensante. Bref, après avoir flirté avec la sociale démocratie, il a opté au final pour les milieux anarchistes.

« Une révolution est bien le phénomène le plus complexe, le plus chaotique. Elle ne connaît pas de solution uniques, elle est variée, multicolore, souvent contradictoire. Elle met tout en question, ne reconnaît aucune institution, n’accepte aucune autorité. En vain on cherche des chefs : les hommes ne sont que les vagues dans une mer immense agitée par des forces mystérieuses. »

Entre septembre 1936 et février 1937, H.-E. Kaminski effectue un séjour en Catalogne pour rendre compte à la postérité des changements qui s’y déroulent. Ceux de Barcelone n’est donc pas un ouvrage sur la Guerre d’Espagne, mais bien un reportage sur la révolution sociale impulsée en Catalogne et sur les espoirs qu’elle suscite un peu partout en Europe. En somme, un témoignage précieux sur ce « bref été de l’anarchie » où Barcelone et ses environs servent de laboratoire aux expérimentations du communisme libertaire.
Découpé en chapitres courts, l’ouvrage aborde différents aspects de la Révolution. Les événements du 19 juillet 1936 sont juste rappelés en préalable, l’auteur préférant s’intéresser à des sujets comme les femmes, les anarchistes, la milice, les partis politiques ou la mise en place d’une société libertaire. Il alterne les chapitres descriptifs et informatifs avec les compte-rendus de ses rencontres avec quelques personnalités du nouveau gouvernement de la région, sans oublier de relater le grand événement auquel il assiste : les funérailles de Buenaventura Durruti. Les combats restent lointains, tout au plus un chapitre consacré à la visite rapide du front et sur la nécessité d’organiser une véritable armée.

En dépit de sa brièveté, Ceux de Barcelone présente un regard intéressant sur la révolution sociale en Catalogne. Kaminski dépeint l’atmosphère de spontanéité, d’improvisation et de ferveur populaire qui prévaut dans la mise en place de la nouvelle société. Ce qu’il voit se dessiner en Espagne, c’est la réalisation d’un idéal généreux rejetant la logique capitaliste, un monde de producteurs égaux organisés sur la base des syndicats, proscrivant l’usage de l’argent, du commerce auquel il préfère une sorte de mutualisme. Un ordre sans l’oppression de l’État et la complicité des partis politiques. Certes, le mouvement n’est pas exempt de faiblesses. Kaminski ne cache pas ses divisions internes, son conservatisme sur certains points, notamment la condition féminine (l’union libre est conçue comme un mariage sans sacrement), sa naïveté (le caractère aléatoire des mesures d’assistance sociale et de lutte contre la prostitution fait pitié), ses contradictions (comment être anarchiste et entrer au gouvernement ?) et le double langage de certains hommes politiques. Mais si toutes ses critiques tempèrent son enthousiasme, elles ne remettent pas en question la sympathie qu’il éprouve pour les révolutionnaires espagnols.

« Je ne crois pas que pour décrire les révolutions on doive attendre leur fin. Car une révolution se maintient et alors elle ne se termine jamais, ou bien elle ne trouve sa fin que par la victoire de la contre-révolution. »

Au final, H.-E. Kaminski perçoit bien que la première phase de la révolution s’achève et qu’une autre s’apprête à s’ouvrir. Il termine son reportage sur un salut fraternel, espérant que la révolution espagnole ne sera pas sans lendemain. Un espoir déçu puisque la contre-révolution a gagné.

Ceux_barceloneCeux de Barcelone de Hanns-Erich Kaminski – réédition Allia, 2003

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s