« Complex », Génération

On aura attendu cinq ans pour connaître le dénouement de la trilogie « Complex » initiée pas Denis Bretin et Laurent Bonzon en 2006. Un lustre entre le cliffhanger de Sentinelle et sa résolution dans Génération. De quoi laisser refroidir les charbons ardents sur lesquels on était resté telle une danseuse bulgare. Rappelons-nous, le mystérieux Why, entré en dissidence contre ses partners, avait franchi le Rubicon déclarant ouvertement la guerre à ses anciens collègues. Mais cet expert en duplicité ne gardait-il pas quelques as dans sa manche ? Dans la partie de poker menteur entamée avec Enzo Sensini ne s’apprêtait-il pas à rafler la mise sur le dos de l’agent d’Interpol ? À ces questions, Bretin et Bonzon répondent en prenant leur temps. Ils choisissent de décaler l’intrigue, impulsant une ligne narrative supplémentaire portée par de nouvelles voix. Ainsi, Sensini passe au second plan, contraint de solder les comptes avec sa jeunesse militante. Il cède le flambeau à la génération montante. Une jeunesse connectée se composant de gamers, de geeks adeptes des arcanes du réseau.

Génération reprend les recettes éprouvées des deux précédents volets. Une succession de chapitres courts rythme une histoire mariant plusieurs trames. On est baladé de l’Île, lieu de villégiature des partners dont l’évocation rappelle le village du Prisonnier aux États-Unis, via la vieille Europe. Réel et virtuel fusionnent pour devenir le théâtre d’une sorte de réalité augmentée, le niveau ultime d’un jeu massif en ligne où s’affrontent les tenants du pragmatisme et de l’idéalisme. À la différence des auteurs de thrillers bas de plafond, ressassant les mêmes gimmicks et thématiques ad nauseam, Bretin et Bonzon se montrent malins. Ils semblent s’amuser avec les attentes du lecteur, usant des codes du genre, autant qu’ils les détournent, pour accoucher d’une méta-fiction vertigineuse. La génération qui donne son titre au roman est celle de la jeunesse. Force vive et avenir du monde, elle se coltine de manière frontale au réel comme ses prédécesseurs. Contre le carcan mis en place par ses parents, elle ne se résout pourtant pas à rentrer dans le rang, préférant lever les armes de la cyberculture pour agir contre le Complex/système. Loin d’être vacciné des chimères du Grand Soir, elle nourrit encore l’espoir d’améliorer le monde tel qu’il va ou plutôt tel qu’il va mal. Car même si toutes les utopies passées se sont muées en totalitarisme, si les révoltes juvéniles d’antan ont toutes été détournées de leur objectif initial, récupérées, vidées de leur substance et formatées, la jeunesse ne se décourage pas et reste toujours prompte à s’enflammer pour rejouer le jeu de la révolution contre un monde tenté par la fin de l’Histoire.

Avec humour et un brin de roublardise, Denis Bretin et Laurent Bonzon déroulent le fil des questions. Why ? What ? Where ? When ? Les réponses ne sont pas là où l’on pense. Le Complex n’est pas le pouvoir mais le lieu de la projection de tous les pouvoirs. Et les partners sont les scénaristes d’une tragicomédie où jouent des acteurs de la même étoffe que les songes. Des comédiens dont la vie infime est cernée de brouillard. Eh oui, il fallait bien un final shakespearien pour révéler toute l’ironie de la trilogie car, face aux opérateurs d’un univers sans raison et sans grâce, les hommes ont besoin d’histoires pour continuer à avancer.

generationGénération – Complex 3 de Denis Bretin et Laurent Bonzon – Éditions du Masque, février 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s