Des nouvelles de Norman Spinrad

Auteur américain incontournable, du moins à mes yeux, Norman Spinrad est dit-on aussi un talentueux nouvelliste. N’ayant jusqu’à présent lu que ses romans, j’ai décidé de combler mes lacunes. Après avoir mis la main sur les deux anthologies composées par Patrice Duvic, je me suis aussitôt lancé pour juger sur pièces. Bien m’en a pris car, mis à part quelques textes un tantinet décevants, j’ai jubilé comme rarement, me délectant au passage avec quelques perles à porter au rang de chefs-d’œuvre de la S-F.

Dans sa préface, Patrice Duvic insiste d’entrée sur la difficulté à définir l’œuvre de Norman Spinrad. Une difficulté au moins aussi grande que celle consistant à définir la Science-fiction elle-même. Car une chose semble certaine à la lecture des deux recueils, l’auteur fait montre d’une vertigineuse diversité d’inspiration, de ton et de style, poussant cette pluralité jusque dans ses thématiques. Quoi de plus normal pour un écrivain considérant la speculative fiction comme « la seule forme de littérature qui soit vraiment en prise avec notre époque, qui explore la réalité multiple dans laquelle nous vivons. »

Enfant de la contre-culture, Norman Spinrad considère la S-F comme un moyen d’élargir le champ de la conscience. À l’instar de la drogue, un de ses sujets de prédilection, le genre créé un effet esthétique et littéraire ouvrant les perspectives sur les infinies possibilités générées par l’esprit. Une conception allant de pair avec la notion d’entropie, de chaos, principe vital de l’évolution à ses yeux. Bref, voyons un peu ce que le sommaire de ces deux anthologies nous propose. Je m’excuse par avance du caractère lapidaire de mes commentaires.

Norman-Spinrad-Le-Livre-D-or-De-La-Science-Fiction-Livre-849062379_LCommençons par Le livre d’or de la S-F.

« Le dernier des Romani ». Sur le thème de l’éternel errant, du réprouvé, Norman Spinrad met ici en scène un Rom, le dernier de son peuple, qui trouve son salut et sa patrie dans l’espace. Ce texte, le premier de l’auteur, est intéressant sans être bouleversant. Toutefois, il augure bien du devenir de celui-ci.

« Subjectivité » Pour assouplir les effets de l’enfermement durant un long vol spatial, on drogue les membres de l’équipage. En proie à des visions psychédéliques, ceux-ci ne parviennent plus à faire la différence entre celles-ci et la réalité. J’avoue m’être beaucoup amusé en lisant cette nouvelle dont le dénouement ne gâche rien. Oh non !

« Les anges du cancer » Un excellent texte sur la rémission et le voyage intérieur, doté de surcroît d’un dénouement grinçant du plus bel effet.

« Le dernier hurrah de la Horde d’Or » Franchement bof ! Ce texte mettant en scène Jerry Cornélius, le héros de Michael Moorcock, m’a laissé de marbre. Passons.

« Le grand flash » Rock et apocalypse nucléaire, deux thèmes permettant à Spinrad de déployer sa verve iconoclaste. Bravo !

« L’herbe du temps » Une construction impeccable pour un effet maximum. Alors là, je dis chef-d’œuvre ! Assertion non négociable.

« Continent perdu » Une ballade dans New York, après que les États-Unis aient perdu de leur superbe du fait de la sur-pollution. L’argument sert de prétexte à un propos de nature plus politique. J’ai beaucoup aimé ce texte qui m’a rappelé l’excellent « Chair à pavé ».

« Nulle part où aller » Je passe, n’ayant pas accroché à la chose…

« La beauté de la chose » Nouvelle ballade dans une cité de New York progressivement dépouillée de ses bâtiments et monuments emblématiques, tous vendus à de riches étrangers. Le texte offre l’opportunité de confronter la subjectivité américaine à celle d’une culture étrangère, ici nippone. J’ai bien aimé.

« Souvenir de famille » Ce texte est une parabole antimilitariste dotée d’un dénouement émouvant. Pas mal sans être bouleversant. J’ai lu beaucoup mieux dans le genre.

« Tous les sons de l’arc-en-ciel » L’argument de départ rappelle celui de Les miroirs de l’esprit. Toutefois, il ne s’agit pas ici de dénoncer la dianétique mais de traiter de la notion de réalité multiple. Bien aimé.

« Black out » Bof ! Dommage de terminer le premier recueil avec cette nouvelle que je juge quelconque.

au-coeur-de-l-orage-184900-250-400Passons au recueil Au cœur de l’orage.

« Expansion » On se trouve dans un Empire interstellaire où la durée du temps de voyage confère à la Terre un avantage technologique. Un marchand astucieux essaie de tirer son épingle du jeu. Un propos classique avec un dénouement à la Spinrad. Rien de neuf sous le soleil.

« Enfant de l’esprit » Que se passerait-il si l’on rencontrait la femme de ses rêves et si l’on pouvait assouvir avec elle tous ses désirs ? Cette expérience est vécue par trois éclaireurs sur une planète étrangère. Une nouvelle fois, un très bon texte.

« L’égalisateur » On connaît la formule : Si tu veux la paix, prépare la guerre. Dans ce texte, Norman Spinrad s’intéresse aux problèmes de conscience soulevés par l’invention d’une nouvelle arme sans tomber dans le piège inhérent à ce genre de sujet. Très bien.

« Question de technique » Un texte humoristique défouraillant tout azimut. Bien aimé.

« Agonie » À nouveau, un chef-d’œuvre démontrant de surcroît que Norman Spinrad peut produire des histoires touchantes.

« Thérapie » Lavage de cerveau et conditionnement. Un court texte très efficace.

« Chéri, recommençons ! » Alors là, bof bof ! Je passe.

« Le syndrome infernal » Un récit humoristique sur les super-héros. Pas mal !

« Les héros ne meurent qu’une fois » Un récit cruel sur le caractère indéfectible de l’amour. Cœurs d’artichaut s’abstenir…

« Les portes de l’univers » Bof ! Le propos est intéressant mais je n’ai pas adhéré au traitement. Tant pis !

« Au cœur de l’orage » Un court texte distrayant, hélas vite oublié.

« Sur la route de Mindalla » Par son thème, la réalisation des fantasmes, ce texte rappelle « Les enfants de l’esprit ». Pas mal mais sans plus.

« En terrain neutre » Une rencontre du troisième type réalisée sous l’emprise de la drogue. Une histoire bien menée, dotée d’un dénouement optimiste.

« L’âge de l’invention » L’argument de cette nouvelle sert de prétexte à une satire sur le monde de l’art. Pas mal.

« Impasse » Cette nouvelle illustre à merveille la question : l’herbe est-elle plus verte ailleurs ? On se doute de la réponse…

« L’entropie, bébé, quel pied d’acier » Incontestablement la nouvelle la plus expérimentale des deux anthologies. Je n’ai pas du tout accroché !

Au final, le bilan s’avère plus que positif. Norman Spinrad est effectivement très talentueux et je ne peux que recommander de lire ces deux anthologies.

Le livre d’or de la S-F – Norman Spinrad – anthologie présentée par Patrice Duvic – Presses Pocket, mai 1978

Au cœur de l’orage – Norman Spinrad – anthologie réunie par Patrice Duvic – Presses Pocket, novembre 1979

Publicités

2 réflexions au sujet de « Des nouvelles de Norman Spinrad »

  1. La new wave n’est pas avare de bons nouvellistes : Dick, Disch, Zelazny, Le Guin, Farmer, Silverberg et bien sûr Harlan Ellison.
    Il est dommage que les nouvelles de Spinrad (et de tant d’autres) n’aient pas trouvé preneur pour des rééditions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s