Le prix Nobel, c’est de la dynamite !

Les auteurs sont humains, ils aiment les récompenses, surtout lorsqu’ils ne sont pas morts. Un prix honore. Il est garantie de plus value commerciale, si l’on se fie aux avis bien informés des éditeurs et des libraires. Et, lorsque le couronnement est accompagné d’une dotation financière, c’est l’apothéose ! A ce titre, le prix Nobel de Littérature (avec La Majuscule) peut être considéré comme le bâton de maréchal de l’écrivain. Il est vrai que 880 000 euros, ça calme tout net. Mais voyez-vous, le lauréat pour l’année 2016 a provoqué l’émoi, révélant un fait que l’on avait un peu oublié : toute récompense est bien plus intéressante pour les réactions qu’elle suscite.

Dans notre doulce France, patrie d’ Hernani et de Cyril Hanouna, le choix de l’académie suédoise a été considéré comme un casus belliBob Dylan ! Quelle offense aux Belles Lettres ! Je ricane encore au souvenir des propos hallucinants des uns et aux tribunes outragées des autres. D’ailleurs, en voici un florilège teinté de mauvais esprit, ne m’en voulez pas…

  • Outragé : Bob Dylan ? Mais, il n’a écrit aucune littérature. C’est juste un rimailleur, américain de surcroît.
  • Méprisant : Pouah ! La chanson n’est pas un Art Majeur comme toute Vraie Littérature se doit de l’être. (1)
  • Hébété (ou dilettante) : C’est qui Bob Dylan ? (2)
  • Railleur : Hugues Aufray a désormais toutes ses chances. Et Johnny Hallyday ! (3)
  • Procédurier : Si l’on veut primer des chanteurs, il faut créer une catégorie spéciale pour eux. C’est comme si l’on remettait la Victoire de la Musique à Bernard Buffet.(4)
  • Philosophe : Qu’est-ce que la littérature ? (5)
  • Déçu : Et voilà ! On récompense Bob Dylan au lieu de reconnaître Don DeLillo ou Cormac McCarthy. (6)
  • Élégiaque (ou presque) : Bob Dylan ? Il chante comme une casserole trouée. Sa voix nasille tellement qu’on pourrait s’habiller en Hugo Boss pour l’accompagner. (7)
  • Mesuré : Mouais. Ben, il ne l’a pas décroché au nombre de mots son prix. Son œuvre pourrait tenir toute entière sur une liste de courses. (8)
  • Nostalgique : Dylan, c’est toute ma jeunesse. J’ai d’ailleurs rencontré Jocelyne en écoutant Like a Rolling Stone. (9)
  • Commerçant : Mais qu’est-ce que les libraires vont bien pouvoir vendre ? (10)
  • etc. (11)

(1) Pfff ! De toute façon, qui s’intéresse au Nobel ? Le prix ne récompense que des vieilleries illisibles, condamnées à prendre la poussière dans une bibliothèque bourgeoise. Alors Dylan, ça change.

(2) C’est quoi le Nobel ?

(3) On a bien récompensé Winston Churchill.

(4) En même temps, Beethoven était tellement sourd qu’il a toujours cru qu’il faisait de la peinture…

(5) Tu t’es vu quand t’as bu ?

(6) Quand même ! Leonard Cohen ou Nick Cave, ça aurait eu une autre gueule !!

(7) Dylan, c’est un troubadour, que dis-je un trouvère parachuté chez l’Oncle Sam (par contre, on ne sait pas s’il appartient à la 82e ou à la 101e Airborne)

(8) La richesse ne se mesure pas au nombre de mots. A ce compte-là, comment juger les nouvelles ?

(9) Bon, on a divorcé par la suite. C’est la vie.

(10) C’est bien la première fois qu’un prix littéraire va réjouir les disquaires.

(11) On rigole et on s’amuse.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le prix Nobel, c’est de la dynamite ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s