Sur des mers plus ignorées…

Début du XVIIIe siècle dans les Caraïbes. John Chandagnac, un saltimbanque marionnettiste fauché, fait voile à bord du Vociferous Carmichael en direction de Kingston. Ce port n’est cependant qu’une escale dans le voyage qui doit le mener à Haïti, où il se fait fort de dénoncer son oncle planteur aux autorités, afin de récupérer l’héritage que celui-ci a détourné. Sur le point d’arriver à destination, le Carmichael est abordé par une goélette de pirates qui s’emparent du navire, quasiment sans coup férir, grâce à la complicité de quelques sorciers cachés parmi ses passagers. Après un bref duel à l’épée, John blesse le capitaine pirate d’une botte inattendue. Il est alors obligé de choisir — telle est la loi des frères de la côte — entre la mort immédiate ou l’enrôlement dans l’équipage des forbans sous une nouvelle identité : Jack Shandy Ainsi débutent les tribulations d’un candide — sacrement débrouillard quand même — au pays des créoles, de la piraterie, du vaudou et d’un autre mythe rajeunissant.

Après l’intermède post-apocalyptique de son roman Le Palais du déviant, Sur des mers plus ignorées… marque le retour de Tim Powers à la fantaisie historique — improprement qualifiée de steampunk — à laquelle il s’est déjà adonné avec ses deux compères, K. W Jeter et surtout James Blaylock. On Stranger Tides [sur des marées plus étranges] — reprenons le titre anglais, plus approprié —, rythmé et facétieux, fait la démonstration, s’il en est encore besoin, du talent de conteur de l’auteur californien. L’intrigue elle-même ne casse pas trois pattes à un canard. Pourtant, à force de rebondissements farfelus, d’allusions documentées au vaudou et à la piraterie, Powers arrive à capter l’attention, voire l’adhésion du lecteur, tout en évitant soigneusement le risque d’écrire une histoire totalement grotesque.

On Stranger Tides délaisse donc le contexte edwardien, les légendes urbaines londoniennes et les dieux de l’Égypte, pour aborder l’univers tumultueux de la mer des Caraïbes, tout aussi riche en légendes et magie qu’animé historiquement. Il invoque — ce verbe convient idéalement au propos — un beau ramassis de canailles dont il ressuscite, avec un souci de vraisemblance, la fraternité rugueuse, la camaraderie chamailleuse et versatile. Au passage, signalons la participation — que l’on aurait souhaité plus franche — de la figure la plus emblématique de cette coterie de malfaiteurs : Edward Barbe noire Teach (nommé Thatch dans le livre, ce qui correspond à une orthographe possible de son patronyme).

Néanmoins, cantonner ce roman à une banale reconstitution historique, c’est se mettre le crochet dans l’œil jusqu’au moignon. Dans On Stranger Tides, la connaissance historique joue un rôle tout aussi important que les stéréotypes et la magie. Pour la seconde, Tim Powers use du folklore vaudou pour lui donner corps. Il fait des lwas, bocors, vévé, poisons, sortilèges et amulettes, des éléments narratifs qui participent aussi naturellement à l’atmosphère et au déroulement du récit, que les personnalités et événements issus de notre Histoire. On pense à plusieurs reprises à l’imagerie de l’attraction disneyenne Pirates des Caraïbes, voire même à celle du jeu Monkey Island’s. Ce n’est évidemment pas du tout un hasard puisque Powers puise avec gourmandise aux mêmes sources ; celles de l’Histoire et de sa représentation mythifiée dans l’imaginaire collectif. Et puis, il y a peut-être aussi la volonté de déshabiller l’Histoire afin de la vêtir différemment, voire de l’embellir avec des artifices empruntés au fantastique et avec un humour délicieusement macabre. De toute manière, Tim Powers n’est pas avare lorsqu’il s’agit de dépenser son énergie pour amuser et s’amuser, comme en témoignent les citations en référence à sa propre œuvre qu’il insère au début de chaque partie : William Ashbless — dont un vers donne d’ailleurs son titre à la traduction française du roman — et Jack Shandy. Nulle cuistrerie dans cette démarche. Juste la volonté de brouiller davantage les frontières entre la réalité et la fiction. Juste la poursuite du jeu entamé, il y a longtemps, avec James Blaylock.

Bref, On Stranger Tides se révèle un récit fantaisiste joliment troussé ; un melting-pot à la gouaille réjouissante, sans doute pas un texte incontournable, mais au final nullement honteux.

mers-ignoreesSur des mers plus ignorées… (On stranger Tides, 1987) de Tim Powers – Réédition Bragelonne, 2011 (roman traduit de l’anglais [États-Unis] par France-Marie Watkins)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s