2020 passe la main

Comme l’année dernière, dressons la liste des livres dont il convient de chanter les louanges. Pas trop fort quand même car je n’ai guère le rythme dans la peau. Une liste d’incontournables en quelque sorte, éminemment subjective mais de bon goût, je l’espère, histoire d’oublier une future année 2021 ne s’engageant pas sous les meilleures auspices.

Chez yossarian, on a un peu moins lu et chroniqué en 2020, mais on n’a pas eu de mal  à trouver 10 titres et un bonus. Ouf ! A défaut de quantité, optons pour la qualité en nous concentrant sur la substantifique moëlle comme disait l’autre. Dans le désordre, voici donc un courte liste d’ouvrages à lire d’ici la fin de l’année, ou du moins d’ici à la fin du monde. Dépêchez-vous, on ne sait pas ce que nous réserve 2021 !

L’Exilé de Erik Kriek. Avis aux amateurs de bande dessinées et de sagas scandinaves, cette histoire est faite pour vous. Bichromie oscillant entre le rouge sanguin et le gris métallique, contrastes appuyés pour faire ressortir l’âpreté des physionomies et la majesté sauvage des paysages, Erik Kriek ne ménage pas son trait pour étoffer ce récit tragique d’une touche de vraisemblance historique bienvenue. Voici sans aucun doute l’un de mes coups de cœur de l’année.

Le Bikini de diamants de Charles Williams. Avec l’oncle Sagamore, on ne s’ennuie jamais. La réédition du classique de l’auteur américain, dans une traduction non caviardée et rafraîchie, ne déçoit pas. Indépassable en matière d’humour potache et d’ironie bouffonne, Le Bikini de diamants (jadis titré Fantasia chez les ploucs) reste un moment de lecture jubilatoire.

 

Un long voyage de Claire Duvivier. Ce premier roman de la cofondatrice des éditions Asphalte mêle la Grande et la petite histoire, l’universel et l’intime, avec l’art et la manière de la fantasy, non sans subtilité et une certaine éthique. Bref,  on est curieux de découvrir le prochain roman de Claire Duvivier, un titre s’inscrivant dans un projet à quatre mains pour le moins original.

 

La chance vous sourit de Adam Johnson. Ce n’est un secret pour personne, je suis un grand fan de l’auteur américain. Primé pour son roman La vie volée de Jun Do, il est également excellent dans la forme courte, comme en témoigne ce recueil qui flirte avec l’indicible et la part irrationnelle de l’esprit humain. Ruez-vous sur ce recueil indispensable, si cela n’est pas déjà fait. ET PLUS VITE QUE ÇA ! L’injonction vous est offerte gracieusement.

 

Au temps des Vikings de Anders Winroth. Érudit, passionnant et relativement exhaustif, l’essai de ce spécialiste en histoire médiévale permet de dresser un tableau moins caricatural du monde scandinave au temps des Vikings. Dans une langue limpide puisant son information au meilleur des sources disponibles, l’ouvrage se révèle une lecture précieuse, s’efforçant de faire revivre une civilisation complexe, forgée autour des halles-maisons bâties auprès des forêts et fjords. Incontournable !

L’infinie patience des oiseaux de David Malouf. Écrit d’une plume imagée, dont on se surprend à relire plusieurs fois les phrases pour en goûter les fulgurances stylistiques et ainsi en faire durer les moments de grâce, L’infinie patience des oiseaux se révèle à la fois d’une profonde tristesse et d’une vitalité ensorcelante. En dépit de l’âpreté de la guerre qu’il décrit sobrement, pour en révéler la violence intrinsèque et l’inanité fondamentale, David Malouf enracine son récit dans l’immanence de l’instant qui ne dure que dans la mémoire.

Mictlán de Sébastien Rutès. Un semi-remorque taille sa route dans le no man’s land mexicain. En dépit d’une intrigue tenant sur un timbre poste, Mictlán pousse le lecteur dans ses ultimes retranchements, bousculant les certitudes au rythme d’une prose obsédante et d’un road novel hanté par la mort, la culpabilité et l’absurdité de l’existence. Une incantation hallucinée magistrale, pas moins.

 

Révolution I. Liberté de Florent Grouazel et Younn Loucard. Si vous n’avez pas encore compris que j’appréciais l’Histoire, vous n’êtes pas un lecteur assidu de ce blog. Il y a du Eric Vuillard chez ces deux auteurs. Documenté, recelant une foultitude de détails truculents et authentiques, d’anecdotes paillardes et gaillardes, animé d’une gouaille réjouissante, enrichie par le trait nerveux de Florent Grouazel, « Liberté » est un must-read, une réussite justement récompensée par le Fauve d’Or du meilleur album à Angoulême.

Au-delà du gouffre de Peter Watts. Avec l’auteur canadien, l’extension du domaine des possibles n’est guère plaisant à découvrir. Il nous confronte à notre condition de créature organique, guidée par des impératifs biologiques rendant la notion philosophique de libre-arbitre définitivement obsolète et absurde. Il nous pousse en tête à tête avec la machine molle imparfaite qui nous définit et nous pousse à agir. Si l’on n’aime pas les avenirs ambigus, peut-être vaut-il mieux éviter de se pencher sur notre présent.

La Loterie (d’après Shirley Jackson) de Miles Hyman. Tiré de la nouvelle de Shirley JacksonLa Loterie retranscrit de manière très graphique le texte glaçant de l’autrice américaine. Bien connu pour sa collaboration sur les adaptations de Ellroy (Le Dahlia Noir) et Thompson (Nuit de Fureur) mais aussi pour ses illustrations, j’ai encore le souvenir de ses couvertures pour la série « Le poulpe », Miles Hyman rend ici un hommage respectueux à la nouvelle de sa grand-mère.

En bonus, un beau livre : La Guerre uchronique de Fritz Leiber. Publiée chez Mnémos, cette intégrale rassemble The Big Time (réédité sous le titre L’Hyper-Temps), le court roman No Great Magic et six nouvelles directement liées à l’affrontement entre les Araignées et les Serpents. Huit autres textes viennent s’ajouter à ce corpus, selon une parenté plus ou moins lointaine avec les thèmes de la Guerre uchronique. Voici un très bel ouvrage dont on se plaît à (re)découvrir le foisonnement impressionniste et les nuances érudites avec un plaisir non feint. Une véritable toile de maître, pour reprendre le titre de l’étude de Timothée Rey, maître d’œuvre respectueux d’un classique de la Science-fiction.

5 réflexions au sujet de « 2020 passe la main »

  1. Très beau bilan. J’ai bien aimé Adam Johnson.(Les injonctions ça marche) Un grand coup de cœur pour David Malouf que je continue d’explorer,Sébastien Rutès aussi a été une belle découverte.
    Je rajouterai Iain Levison et votre chronique sur Thierry Di Rollo m’a intriguée. A voir donc.
    Merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s