Zoo City

Zinzi est une animalée. Autrement dit une paria condamnée à porter sa culpabilité aux yeux de tous, sous la forme d’un paresseux attaché à sa personne, marque infâmante du crime dont elle s’est jadis rendue coupable. Si le phénomène reste en grande partie inexpliqué, résistant à toutes tentatives de rationalisation, il se révèle également un handicap pour les zoos, comme on les surnomme familièrement. Devenu la cible de la réprobation générale, systématiquement soupçonnés en cas de crime, les zoos en sont réduits à vivre d’expédients, confinés dans un quartier ghetto à Johannesburg. Promise à une brillante carrière dans le journalisme, Zinzi a vu ainsi son avenir s’effondrer et son existence basculer dans les petites combines et arnaques. Aux yeux de beaucoup, elle est pourtant celle qui retrouve les choses perdues, mettant à contribution le talent magique que lui confère sa relation privilégiée avec le paresseux. Un talent bien pratique, monnayable, mais qui lui attire aussi des problèmes imprévus, comme elle va bientôt le constater.

Avec Zoo City, on a découvert Lauren Beukes dans l’Hexagone. Une découverte suivie d’effets puisque tous ses romans, à l’exception du prometteur Afterland qui vient de paraître à l’étranger (et dont on nous promet bientôt la traduction), ont fait l’objet d’une publication dans nos contrées. On renverra les curieux à l’article concernant l’excellent Moxyland. Pour les autres, patience.

Deuxième roman de l’autrice sud-africaine, Zoo City prend pour décor Johannesburg, ville natale de Lauren Beukes, qu’elle choisit de revisiter à l’aune de la transfiction. Le roman apparaît en effet comme un mélange de fantastique et d’esthétique cyberpunk, s’attachant surtout à explorer les marges de la mégapole sud-africaine. Les repères ne sont pas clairs et l’autrice ne s’embarrasse pas d’éclaircissements pour lever l’incertitude, notamment pour tout ce qui concerne la nature des animalés. Matérialisation surnaturelle de leur culpabilité, réincarnation de l’esprit du défunt, mutation résultant d’une catastrophe technologique, les hypothèses foisonnent sans jamais déboucher sur une élucidation.

Mais, peu importe. Lauren Beukes sait se montrer très efficace lorsqu’il s’agit de mettre en scène cette symbiose entre l’animal et l’humain, conférant à la relation un caractère naturel, voire familier, assez bluffant. De cette union gagnant-gagnant, puisqu’en échange de soins, l’animal dote son maître d’un talent, certes pas toujours très impressionnant et jamais en rapport avec la puissance supposé de l’animal, naît une collaboration ambiguë entre l’homme et la créature. Une relation pétrie d’amour et de haine pour soi-même, rendant la réinsertion dans la société compliquée. Le sujet aposymbiote subit en effet la méfiance et la défiance de ses concitoyens, processus conduisant inéluctablement à son exclusion. Le zoo devient ainsi la victime d’un apartheid social qui ne dit pas son nom. En somme, un bouc émissaire bien pratique pour évacuer toutes les tensions d’une société restée à bien des égards violente et inégalitaire.

Indépendamment de sa dimension fantastique, Zoo City est aussi un thriller nerveux, une enquête fertile en fausses pistes, jalonnée de crimes sordides et de violence. Sur ce point hélas, le roman pèche un peu, le dénouement se révélant un tantinet précipité et forcé. Mais, cela n’enlève rien à la qualité du portrait hallucinant de Johannesburg, Joburg la « cité des rêves », y compris dans ses détails les plus triviaux, dont Lauren Beukes nous dévoile le paysage, des entrailles méphitiques au sommet des gratte-ciel orgueilleux, en passant par ses ghettos populeux et périlleux, sans occulter aucun aspect, même le plus répugnant.

En dépit de la faiblesse narrative de son intrigue, Zoo City n’en demeure pas moins un roman marquant, porté par une écriture évocatrice, bien restituée par la traduction. Une œuvre pétrie de trouvailles langagières empruntée au tsotsi-taal, le jargon des gangsters, dressant un tableau sans concession d’une cité oscillant entre tiers-monde et monde dit « développé ». Une réussite dans le genre.

Zoo City (Zoo City, 2011) de Lauren Beukes – Réédition Pocket/Science-Fiction, avril 2016 (roman traduit de l’anglais [Afrique du Sud] par Laurent Philibert-Caillat)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s