Viendra le temps du feu

Après une vague de suicides aussi massive que traumatisante, le monde semble avoir enfin pris la mesure du désarroi psychologique de la jeunesse face à l’inaction climatique. Guère enclines à l’idéalisme, les autorités ont opté pour des mesures pragmatiques, imposant un Pacte national fondé sur le protectionnisme, l’autarcie et la protection de l’environnement. Dans l’urgence, le territoire utile se réduisant à peau de chagrin du fait des sécheresses et des inondations répétés, et dans le souci de préparer l’avenir, elles ont privilégié l’idéologie, contraignant les survivants des jeunes générations, surtout les filles, à la procréation avant l’âge de vingt-cinq ans, tout en proscrivant les pratiques sexuelles déviantes. Avec comme credo « produire et se reproduire », elles ont réprimé violemment l’opposition, imposant la censure de l’information, la destruction des livres et le contrôle de l’économie, via un rationnement draconien et un système d’avoirs proportionnés à la contribution de chacun au collectif. Trente années plus tard, le monde continue à survivre dans l’illusion de la liberté et le souvenir de celles et ceux qui n’ont jamais accepté la privation de leurs droits.

« Elles sont mortes, toutes. Elles étaient peu nombreuses et elles sont mortes, il n’y a pas de traces. »

Roman du collapsus de l’humanité, dont les manifestations à venir réveillent des échos funestes jusque dans notre présent, Viendra le temps du feu apparaît d’emblée comme un roman politique, un roman engagé qui vient nous titiller dans nos certitudes et nos convictions, y compris les plus blasées. D’aucuns lui trouveront une parenté avec Les Fils de l’homme, l’adaptation d’Alfonso Cuarón , incantation hallucinante du fort médiocre roman éponyme de P. D. James. Mais si Wendy Delorme arpente le même territoire, celui de la dystopie, elle l’aborde ici à l’aune d’une catastrophe climatique dont nous jaugeons les prémisses, sans vraiment agir contre ses causes, et du point de vue des femmes et des minorités queers, rejoignant les enjeux de Sœurs dans la guerre de Sarah Hall, de The Only Ones de Carola Dibbell ou du livre Les Guérillères de Monique Wittig.

Sur un mode romanesque mais résolument politique, Wendy Delorme choisit une narration multiple, entrelaçant les récits de femmes ayant vécu la révolution autoritaire du Pacte national et de leurs héritières, nées bien après l’événement et désormais soumises à ce patriarcat totalitaire. Cinq personnages qui combattent à leur manière une société oppressive et appréhendent différemment les stéréotypes qui les blessent dans leur chair et leur être. Évitant l’écueil d’un militantisme outrancier et par trop didactique, l’autrice évoque les sentiments de ces femmes et hommes, laissant infuser dans leur récit un propos de nature plus engagée. Viendra le temps du feu traite ainsi de sororité, d’amour, d’invisibilisation dans une société imperméable à la différence. Le roman traite aussi de la colère, de la révolte nécessaire et de la résignation ordinaire dans un monde trop occupé à détourner les luttes de leurs vertus émancipatrices, trop occupé à produire, rentabiliser et artificialiser les désirs. Des sujets dont on ne peut nier l’importance présente et le caractère salutaire.

Viendra le temps du feu est donc un roman choral porteur de germes de destruction, mais qui laisse infuser un peu d’espoir dans un avenir sombre et violent, nous renvoyant à nos propres contradictions et préjugés. Il est aussi le vecteur d’un faisceau de récit dont la fin ouverte laisse augurer un.e autre monde, plus bienveillant .e de préférence.

« Notre histoire nous survit, pourvu qu’elle soit écrite, pourvu qu’on puisse la lire. »

Viendra le temps du feu – Wendy Delorme – Éditions Cambourakis, collection « Sorcières », 2021

2 réflexions au sujet de « Viendra le temps du feu »

  1. « Après une vague de suicides aussi massive que traumatisante, le monde semble avoir enfin pris la mesure du désarroi psychologique de la jeunesse face à l’inaction climatique. »

    Sur le moment j’ai cru à une information de dernière minute. Ces temps-ci, fictions et réel convergent dangereusement. Inquiétude…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s