Entre quatre yeux

Quatre ans. C’est l’âge du blog yossarian. Ne coupons pas les cheveux en quatre, allons droit à l’essentiel. Ce blog atteint désormais le chiffre de 417 articles mis en ligne, avec 143 nouvelles entrées pour l’année écoulée. Tout ce travail n’est pas tombé dans l’œil d’un sourd (j’aime bien l’image) puisque yossarian émarge autour des 51706 pages vues depuis sa création. Des consultations assorties parfois de quelques timides commentaires, 673 aux dernières nouvelles, émanant de contributeurs loin d’habiter aux quatre coins du monde. Je crains hélas que l’on ne soit plus près des quatre pelés, trois tondus.

Loin de me saigner aux quatre veines, j’ai tenté d’alimenter plus ou moins régulièrement cet espace d’expression personnelle. Trois ou quatre fois rien. Quelques romans noirs, de la science-fiction, des essais historiques et de la BD. Bon, je reconnais avoir mis la pédale douce sur Les annales du Disque-Monde. Neuf volumes chroniqués, il me reste encore quelques années à rattraper. Je vais essayer de me ressaisir, disons pour la semaine des quatre jeudis (ça me paraît tenable comme engagement). Pour compenser, j’ai rejoint les participants du challenge Lunes d’encre. Je me mets d’ailleurs en quatre pour franchir les paliers fixés par le sémillant A.C. de Haenne. Et puis, il y a l’imprévu, le surprenant, cueillis au détour d’une lecture. Si vous avez quatre sous de bon sens, vous voyez ce que je veux dire…

A l’année prochaine, si vous me passez encore mes quatre volontés.

 

Défi Lunes d’encre

pulp-o-mizer_cover_image

L’époque étant aux bonnes résolutions, allions l’utile à l’agréable. Voici ma première participation à un défi, une pratique courante de la blogosphère. N’étant pas un adepte de ce genre de choses, préférant Le droit à la paresse de Paul Lafargue à la lecture de Challenges, je cède à l’amicale pression des Murmures d’A.C. de Haenne V2 (non, ceci n’est une arme de destruction massive). Bon, je reconnais aussi que mon intérêt pour la collection Lunes d’encre n’est pas étranger à ce lâcher prise.

Voilà, c’est donc parti pour un an de labeur, de larmes et de sueur, avec fort heureusement aussi quelques livres issus de ma réserve personnelle à lire. En guise de teaser, sachez qu’il y aura du John Kessel, du Lewis Shiner, du Robert Holdstock, du Terry Bisson, du Rudy Rucker et on verra pour le reste.

En attendant, voici une petite rétrospective des titres déjà mis en ligne sur ce blog : Infinités, Il est difficile d’être un dieu, La Maison des derviches, La petite Déesse, Le Fleuve des dieux, Rites de sang, Trois oboles pour Charon, Talulla, Le Dernier loup-garouLa Chair et l’ombre, Les Affinités, Julian, Le Paradoxe de Fermi, Le livre de Cendres, Les Derniers jours du paradis, Morwenna.

Hasta la victoria siempre !

Avis aux étourdis

Oyez oyez !

Deux ouvrages importants, nécessaires, indispensables viennent juste d’être réédités. Vous ne pourrez désormais plus dire que vous les avez ratés car ils s’offrent à vous dans toute leur splendeur. Et, je ne vous raconte pas le contenu. Ou plutôt si ! Les étourdis pourront en juger ici et .

Maintenant, allez en paix.

libertalia-les_historiens_de_garde-couv_web_rvbtrilogie_jehovah