La voie des Oracles

Young Adult quand tu nous tiens… Après la science-fiction prospectiviste de Paolo Bacigalupi, me voici de retour en francophonie avec une trilogie adulescente de Estelle Faye, une autrice dont on parle avec enthousiasme dans le Landerneau hexagonal de l’Imaginaire. Pas sûr d’abonder dans le sens du poil de la critique, quoique… On a parfois de bonnes surprises.

Ve siècle après Jésus-Christ. Sérieusement malmené par les grandes migrations barbares, l’Empire romain d’Occident résiste avec difficulté, retournant la force des peuples germaniques à son avantage, non sans perdre quelque peu de sa superbe. Installés sur des territoires en friches, les barbares ont servi comme auxiliaires dans l’armée romaine, permettant à ses généraux de repousser les attaques des Vandales ou des Huns. Devenue religion d’État, à l’instigation des empereurs qui ont proscrit les cultes païens, le christianisme a privé les créatures féeriques et les anciens dieux de leurs fidèles. Car, dans ce contexte à la fois familier et différent de notre Histoire, vient s’ajouter une pincée de magie qu’apprécieront les amateurs de Thomas Burnett Swann, voire de Jean-Louis Fetjaine. Acculés dans leurs forêts, les anciens dieux sont aux abois. Ils savent leurs jours comptés face à des prêtres les considérant comme l’incarnation du diable. Pourtant, tout espoir ne semble pas perdu. Du moins, le souhaitent-ils.

Mêlant fantasy et Histoire, Estelle Faye nous immerge dans un Empire romain alternatif, puisant à la fois dans notre connaissance des faits historiques et dans le bestiaire antique, pour conter un récit d’aventures rythmé et distrayant. La trilogie de « La voie des Oracles » s’ordonne ainsi autour de trois personnages dont les noms donnent leur titre à chacun des tome. Mais, à y regarder de plus près, le cycle s’apparente davantage à un diptyque assorti d’un troisième épisode venant les réécrire.

Le premier tome, Thya, fait office d’introduction, nous projetant dans la province d’Aquitania. Jeune fille issue de l’aristocratie romaine, Thya a été mise à l’écart lorsque son père s’est rendu compte qu’elle possédait des dons de voyance. Ne souhaitant pas voir sa progéniture livrée aux sévices réservés aux oracles par les prêtres chrétiens, il opte pour une mise au vert salutaire. Il est hélas victime d’une tentative d’assassinat fomentée par son fils que l’ambition dévore. C’est d’ailleurs un leitmotiv dans la trilogie. Les fils aînés de l’aristocratie sont des félons, de surcroît affligés des tares de la décadence. Bref, pour Thya, il est temps de fuir, d’autant plus que son frère a bien l’intention de la caser avec un autre fin de race. En compagnie d’un vétéran chenu et d’un jeune maquilleur, ramassé dans la forêt, elle prend la route d’une forteresse montagnarde située loin au Nord. Un lieu qu’elle a vu en rêve et qui semble être le point focal de bien des convoitises, celles de forces antagonistes qui cherchent à la protéger ou à la faire trébucher. Ouf !

Par ses motifs et ses ressorts, le premier tome de « La voie des Oracles » s’inscrit pleinement dans une fantasy Young Adult sans surprise, pour ne pas dire conventionnelle. Récit d’apprentissage, voire d’initiation, Thya joue aussi avec la quête et la menace de puissances occultes, usant du bestiaire et du panthéon antique. Certes, on ne peut pas dire que l’on s’ennuie, mais on ne s’enthousiasme pas davantage, tant l’intrigue se déroule de manière prévisible jusqu’à un dénouement ouvert afin de donner l’envie de poursuivre le voyage. Par ailleurs, quelques personnages sont dramatiquement sous-employés, comme ce faune dont on se demande à quoi il sert tant ses actions se révèlent anecdotiques. On n’échappe pas hélas aux poncifs et à un certain manichéisme, les personnages se révélant bien peu mystérieux dans leurs motivations et leurs actes.

Si Thya s’annonçait comme l’ouverture de la trilogie, une sorte de tome d’exposition, Enoch semble entrer dans le vif du sujet, du moins dans un premier temps. Le roman rejoue en effet les ressorts de la course-poursuite, les fugitifs traversant l’Empire romain d’Orient, puis l’Empire sassanide, pour se confronter aux dieux voilés, détenteurs de la capacité à modifier le destin et l’Histoire. Bref, on reste dans le domaine d’une fantasy classique, métissée d’Histoire. On sent hélas que l’autrice tire à la ligne, les rebondissements tenant davantage de recettes appliquées laborieusement que d’une véritable nécessité. On tourne ainsi les pages sans passion, agacé par les stéréotypes, les répétitions et les tics de langages, les personnages bavant systématiquement du sang avant de trépasser. Et, on s’ennuie poliment, pour ne pas dire autre chose, jusqu’à la conclusion de cette histoire jalonnée de cliffhangers poussifs.

Commencé sous de bons auspices (ahah!), le troisième volet de « La voie des Oracles » n’entretient pas longtemps l’illusion. Les prémisses laissaient pourtant espérer du meilleur. D’abord parce que le récit aborde le territoire de l’uchronie, fondant sa divergence sur le choix fait par Thya à l’issue de son périple oriental. Le procédé astucieux permet de rebattre les cartes, conférant aux personnages un rôle différent, parfois à l’opposé de celui qu’ils avaient endossé précédemment. Il désamorce aussi un tantinet l’aspect manichéen du récit, même si la complexité de la remise en question reste limitée. Il permet enfin à Estelle Faye d’imaginer un Empire guidé par les prédictions des augures, une sorte d’État totalitaire où le libre-arbitre n’a plus voie au chapitre, réduisant la multiplicité des avenirs possibles. Les délinquants sont ainsi emprisonnés avant d’avoir commis leur crime, la présomption d’innocence étant remplacée par la présomption de culpabilité (Précog, quant tu nous tiens). Malheureusement, là où pourrait se poser une réflexion éthique, voire un faisceau de situations débouchant sur des dilemmes stimulants, on ne voit renaître qu’une énième course-poursuite, l’autrice s’enferrant dans une routine semblable à celles de Thya et d’Enoch. Elle rejoue ainsi les motifs de la quête et du dualisme divin, ordre versus chaos, sous-tendant son intrigue avec un enjeu bien maigre, celui d’une amourette contrariée où l’histoire alternative achoppe sur une uchronie personnelle un tantinet nunuche.

Il faut donc en convenir. On ressort déçu et énervé de la lecture de la trilogie d’Estelle Faye. Avec « La voie des Oracles », la montagne accouche d’une souris. Tout ça pour ça est-on même tenté de dire. Et puis, après tout. Disons-le !

« La voie des Oracles » de Estelle Faye – réédition Folio, collection « SF », janvier 2017